AES+F

MARE MEDITERRANEUM

"AES+F. Mare Mediterraneum" exposition au Teatro Massimo, dans le cadre de la Manifesta 12.
Palerme, Italie, 15 juin -19 septembre 2018.

DESCRIPTIF :

Oeuvres : 9 figurines en porcelaine peinte à la main et 1 installation multimedia. 
Institution organisatrice : MAMM - Multimedia Art Museum Moscow
Commissaire d'exposition: Olga Sviblova
Partenaires principaux: AVC Charity Foundation and Fondazione Teatro Massimo
Producteur exécutif: Elisabetta di Mambro
Producteurs partenaires : Noirmontartproduction, edm productions, LK Porcelain Studio and Barco Residential
Soutenu par : Ministre de la Culture de la Fédération de Russie et Institut de la culture Italienne à Moscou

EN QUELQUES MOTS ...

La Méditerranée - un territoire où, de façon significative, est née la civilisation humaine moderne, avec sa culture et les trois religions prédominantes. Son cœur a pompé les peuples, les cultures et les religions de rivage en rivage, comme du sang.

De l'Empire Romain au Califat Arabe, jusqu'aux guerres coloniales et maintenant l'Union Européenne, le territoire autour de la Mer Méditerranée a parfois constitué une seule culture et un seul gouvernement et s'est parfois divisée en conflits religieux et territoriaux sanglants.
Située en son centre, la Sicile a été marquée par les flux de toutes les civilisations qui ont atteint ses côtes.

Aujourd'hui nous vivons à nouveau dans une époque de changement global - culturel, démographique, politique et économique. Comme dans le passé, la Méditerranée est l'épicentre de ces événements et de la contradiction idéologique qui en résulte. Nous assistons à nouveau à des migrations humaines massives, à des conflits armés, mais aussi à des brillantes démonstrations d'humanité et d'empathie.
A l'instar du mythe antique d'Europe qui traversa la Méditerranée contrainte par Zeus, les réfugiés et les migrants ont fui la guerre, confrontant l'Europe à un choix difficile. Leur choix a déjà entraîné des confrontations idéologiques à connotation politique, une polarisation de l'opinion publique, l'augmentation de la xénophobie et de la violence ethnique.
Cette situation tragique a tourné au conflit politique et est devenue un sujet de négociation et de spéculation idéologique. C'est sous cette forme qu'elle a été transmise aux médias, comme une réplique de ce qui est maintenant décrit comme une "post-vérité". La situation éthique qui en est issue est pour le moins paradoxale.

Une vision métaphorique de la dure réalité des crises méditerranéennes actuelles

L'exposition dévoile la nouvelle série éponyme d'AES+F, qui prend la forme de 9 figurines en porcelaine, peintes à la main dans des couleurs soutenues et créées dans la tradition de la fabrique de porcelaine napolitaine du XIXe siècle, Capodimonte, et d'une installation multimedia, figurant la mer dans des conditions variées, du calme à la tempête.

Créer des figurines en porcelaine sur un tel thème pourrait être considéré comme la manifestation extrême de ce paradoxe actuel; pourtant, par sa distance avec la réalité, une image artistique peut être plus radicale encore que la réalité elle-même car elle repousse les limites conceptuelles.
La porcelaine a toujours été un symbole de contentement et de confort bourgeois. Les récentes vagues de migration ont confronté l'Europe à un dilemme: celui d'accepter les réfugiés (et les laisser entrer au prix du confort idéologique et matériel de leurs hôtes) ou de les rejeter, dans un acte immoral, inhumain et cynique, qui minerait la base éthique commune de l'Europe. Le confort est à la fois faillible et fragile, comme la porcelaine qui y est associée. Mises en sécurité pendant des générations dans des endroits en hauteur, les figurines en porcelaine sont conservées avec soin mais leur fragilité intègre la menace de la perte instantanée; elles se brisent facilement.

Offrant un nouveau développement à cette tradition manufacturière, la série Mare Mediterraneum est un appel d'AES+F à l'empathie et à la compassion, reflété par la juxtaposition métaphorique de la fragilité de la porcelaine avec la dure réalité des crises auxquelles la Méditerranée fait face. Un rayon de lumière en reflet qui illumine cette problématique cruciale mieux qu'un éclairage direct...

Après Europe, Europe (2008), leur précédente série de groupes en porcelaine relative aux problèmes ethniques inter- ou extra-européens, Mare Mediterraneum est le plus récent travail du quatuor russe formé par Tatiana Arzamasova, Lev Evzovich, Evgeny Svyatsky et Vladimir Fridkes, dont l'oeuvre se développe entre photographie, vidéo et technologies digitales, avec un intérêt néanmoins persistant pour les media traditionnels comme peinture, dessin et architecture. En déployant un dialogue poétique sophistiqué à travers ces supports, tout en sondant les profondeurs de l'histoire de l'art et d'autres canons culturels, les grandes narrations visuelles d'AES+F explorent les valeurs, les vices et les conflits de la culture contemporaine dans la sphère globale.

AES+F vivent et travailles à Moscou.