2 Fvrier - 22 Mars 2001
BERNAR VENET
Peintures Murales / Equations
galerie jerome de noirmont

communique de presse

Pour sa première exposition à la Galerie Jérôme de Noirmont qui le représente désormais, Bernar Venet a devoilé ses toutes nouvelles créations : les Peintures Murales / Equations.

Ces grands aplats de couleur franche sur lesquels sont peintes en noir des formules et figures mathématiques, des équations complexes ou des formules d´astrophysique, illustrent une démarche artistique très novatrice, à la recherche d´un nouveau langage pictural, d´une nouvelle esthétique.

En conférant à une formule la dimension monumentale d´un mur, Bernar Venet nous propose un nouveau regard, artistique, sur la beauté mathématique, celle de la richesse de contenu, la pureté et l´économie de moyens qu´elle incarne. De la même manière que pour Bernar Venet « un tableau peut être considéré comme un chef-d´oeuvre lorsqu´il réalise la synthèse parfaite entre l´idée et la solution plastique », la formule d´Einstein e = mc2 est un chef-d´oeuvre, résumant une des lois les plus essentielles et les plus complexes de l´univers dans une simplicité immédiate.

Dans cette recherche esthétique, la couleur n´a aucune fonction expressive, comme le souligne l´artiste : « si j´utilise la couleur aujourd´hui, c´est parce que je la conçois comme un signe arbitraire. La couleur a pour fonction essentielle de faire surgir mes figures du mur. Si je choisis un fond, jaune par exemple, l´impact visuel est bien plus grand que si je peignais sur un fond blanc.»

Bernar Venet a ouvert ainsi avec ses Peintures Murales un nouveau champ d´investigation artistique, hors des terrains familiers de la figuration et de l´abstraction, nous obligeant à nous situer dans un contexte de pensée totalement différent. Son but véritable est « de tout remettre en question », avec de nouvelles propositions picturales, dans une démarche inexplorée jusqu´à présent. Dans les années soixante, Bernar Venet a développé tout un travail qualifié de "conceptuel" qui utilisait le langage et les figures mathématiques. S´il y revient d´une certaine façon c´est avec d´autres ambitions ; parce qu´il s´agit d´un langage radicalement nouveau, d´un système de signes qui propose des structures conceptuelles et formelles inexplorées, refoulées jusqu´à présent. « L´application des mathématiques au plan formel n´a jamais concerné mon travail et j´ai estimé que l´on pouvait aborder un autre stade en proposant de développer l´aspect purement linguistique des mathématiques. » Il se démarque ainsi de ces prédécesseurs en troquant la composition intuitive pour une composition systématique.

Au moment même où plusieurs ouvrages d´importance consacrent les différents aspects du travail de Bernar Venet, ces nouvelles oeuvres marquent un tournant décisif dans sa création. En choisissant les symboles mathématiques "pour des questions purement artistiques, notamment celles liées au problème de l´identité d´une oeuvre d´art et à sa spécificité", ces Equations se distinguent très ostensiblement de son travail des années soixante, qui utilisait le langage et les figures mathématiques dans une approche uniquement conceptuelle.

Outre les grandes peintures murales, des huiles sur toile et des gouaches nous ont invité à partager les recherches théoriques de Bernar Venet, qui a pris ainsi le risque majeur de devoir à nouveau conquérir le public, en rompant radicalement avec son travail antérieur, déjà très reconnu et apprécié internationalement.