LORIS GRÉAUD

THE UNPLAYED NOTES FACTORY

Une expérience proposée par Loris Gréaud, sous le commissariat de Nicolas Bourriaud.
Campiello della Pescheria, Ile de Murano, Venise,
13 mai – 26 novembre 2017.

DESCRIPTIF :

Installation multimedia et performance live.

Un projet spécial de Glasstress, avec le mécénat du Fonds de Dotation Emerige et l’aide de SFX Designer et Fondazione Berengo.

Horaires de l'exposition:
Samedi, Dimanche et Lundi de 13h à 16h.

Teaser vidéo et site officiel.


EN QUELQUES MOTS ...

À travers sa nouvelle exposition The Unplayed Notes Factory, l’artiste Loris Gréaud, sous le commissariat de Nicolas Bourriaud, propose de faire revivre l’usine du Campiello della Pescheria, une ancienne verrerie installée sur l’île de Murano et fermée depuis plus de 60 ans, durant les sept mois d’ouverture de la 57ème biennale de Venise.

Dans le plus grand des secrets, l’ancienne verrerie est pour l’occasion ré-animée et investie par une toute nouvelle activité : une chaîne de production parallèle dont on dit qu’elle cacherait une étrange vitrification de sable de sabliers, avec l’ambition, quasi alchimique, de cristalliser le temps…

Une chaîne de production parallèle, avec l’ambition quasi alchimique de cristalliser le temps… 

The Unplayed Notes Factory invite ainsi ses visiteurs à s’aventurer sur l’île de Murano afin de découvrir l’éveil de cette usine, transformée en véritable tableau vivant. Agitée par une mystérieuse chorégraphie, c’est au rythme des fours qui brûlent, des volumes en verre qui se figent, se brisent, des nuages de fumée qui se dissipent, de ces silhouettes dont la lueur rappelle parfois l’éclat de certaines vanités, que son histoire reprend forme et divague. Temporairement réactivée, l’usine rêve, cauchemarde, et dérive avant de s’éteindre à jamais.

Volontairement à rebours de l’excitation et du rythme effréné de la Biennale (qui offre le plus souvent une lecture « au pas de course »), The Unplayed Notes Factory est une œuvre qui demande au visiteur de déployer ses talents d’explorateur. Immersive, performative, productive, The Unplayed Notes Factory, émerge lentement des flots pour dessiner à l’horizon de la lagune l’ombre d’un vaisseau fantôme, dans lequel le temps et l’espace semblent se confondre.


The Unplayed Notes (2012-2017) est le titre donné à une succession de projets conçus par Loris Gréaud. Qu’il s’agisse d’environnements architecturaux dans des espaces de galerie ; ou de l’investissement d’une institution dans laquelle est temporairement installé un substitut de Musée « d’histoire sur-naturelle » dont l’inauguration donne lieu à une performance destructrice, puis productrice d’un virus
contemporain ; ou bien encore d’une obscure chaine de fabrication dont l’objet est la constitution d’un véritable tableau vivant. 
The Unplayed Notes tend, non pas à rapprocher des lieux et des contextes mais bien à valoriser l’espace qui réside entre les oeuvres ceci afin de dessiner un spectre d’intentions, de narrations, dont la trajectoire et le chemin qui les relient forme une expérience à part entière. Résistant à toute description, classification, The Unplayed Notes n’a cessé d’interroger l’espace de l’art, en révélant la porosité qui existe entre le réel et la fiction.
Après 5 années de développements et d’expériences finement orchestrés, le projet se referme dans un dernier souffle, avec le réveil d’une usine alchimique qui semble bloquée dans un étrange espace-temps.

L’ouvrage The Unplayed Notes (2012-2017) : The Forbidden Book, publié en septembre 2017, en sera dès lors l’ultime mouvement : une tentative de réunir dans un seul catalogue, une seule reliure, cette succession d’expansions et de dérives.

Loris Gréaud est né en 1979, il vit et travaille à Eaubonne, en banlieue parisienne.